L’équateur est un pays très varié, en un coup de bus on passe de la côte à la sierra, puis à l’oriente. Idéal pour 3 semaines de vacances sac au dos !

Formalités

  • Visa:

    Passeport tamponné à l’entrée et à la sortie du pays.
    On peut rester 3 mois dans le pays.
    Pas besoin de visa.

Vie pratique

  • Monnaie:

    Dollars.
    Mai 2017 : 1€ = 1.12$

  • Electricité:

    110V
    Le plus souvent un adaptateur pour prises murales est nécessaire.

  • Repas:

    Le midi nous mangeons un almuerzo au restaurant. C’est un menu contenant une soupe, un plat à base de viande et riz, et un jus de fruit.
    Ca coûte entre 2.5 et 3$

  • Eau:

    On filtre systématiquement l’eau du robinet.

  • Climat:

    En mai – début juin, nous sommes encore à la saison des pluies, même si elle touche à sa fin.
    Quasi tous les jours nous avons de la pluie.
    Il fait chaud dans la sierra, et chaud/humide dans l’Oriente.

    Le soleil se lève vers 6h et se couche vers 18h30

  • Dormir à l'hôtel:

    Compter entre 15 et 22$ pour une chambre double.
    3 hôtels à recommander :


    • Mediterraneo : hôtel simple mais les gérants sont sympas et nous avons eu une grande chambre au rez-de-chaussée, très pratique pour l’opération remontage des vélos. Il est situé loin du quartier des hôtels backpackers, mais à deux pas du centre historique. Pour 35$ ils peuvent vous prévoir un chauffeur pour vous récupérer à l’aéroport avec les vélos en cartons.
      Lien facebook

    • Check In : chambres spartiates mais dans cet hôtel tout est propre, même les sanitaires collectifs et au dernier étage il y a un grand salon, une cuisine à disposition et une super terrasse avec belle vue sur la ville. On y était très bien et les gérants sont arrangeants.
      Lien facebook

    • Soleil Baños : 5$ plus cher que les autres hôtels bon marché, mais ici tout était super propre, on avait un grand balcon pour mettre les vélos et utiliser le réchaud, et surtout une super vue sur les montagnes.

  • Dormir en bivouac:

    A part dans les parcs nationaux, on n’a pa trouvé facilement de bons coins en pleine nature pour planter la tente. On s’installait donc plutôt dans les villages (salle communale, terrain de sport…) ou chez les pompiers (bomberos) qui sont toujours prêts à accueillir les cyclistes !
    Mini topo des bomberos : meilleurs acceuils pompier à Limón, Mera, Patate et Machachi. A Pujili, on dormait dans leur cuisine, pas pratique pour eux, ni pour nous.

Documents

  • Carte:

    ITM Ecuador, 1/660.000
    Correct et solide.

  • Guide:

    Frommer’s Ecuador, pdf 2007.
    Comme d’hab, on s’en sert pour les infos générales du pays et les coins intéressants à voir, mais rarement pour les hôtels et restos => on recherche en direct en se promenant dans les rues.

  • Bouquin:

    Les vertiges de Quito, de Tronchet : les aventures extraordinaires de l’auteur, sa famille et son chat en Amérique du Sud

  • Vidéo:

    Les ânes ont soif, de Pierre Carles : l’Équateur dirigé par un gouvernement de gauche et son président Rafael Correa propose des solutions innovantes.

Routes et transport

  • Etat des routes:

    Réseau principal plutôt bon, sauf les portions en travaux, en éboulis, en faille sismiques…
    Réseau secondaire en mauvais état, surtout à la fin de la saison des pluies !

    Les pentes sont très raides !

  • Quelques routes...:

    On a aimé :


    • Cotopaxi

    • Lagune de Quilotoa (mais nous ne sommes pas passés par les petites routes). Col à 4100 mètres

    • Latacunga à Baños par les petites routes via Patate

    • Route des cascades après Baños : bof, rien de spéciale…

    • On se demandait comment serait la route entre Puyo et Macas car on nous avait dit que c’était désert. On trouve de quoi se ravitailler et des petits villages où camper sans souci

    • Montée de l’Oriente vers Cuenca à partir de Limón, mais c’était dur (route en travaux, pente raide sur pierre, boue…) !

    • Les 150 derniers kilomètres avant la frontière sont réputés difficiles, surtout s’il pleut. Nous les avons faits en bus !

  • Aéroport:

    Petit aéroport de Quito, pas de quoi se perdre.
    Prévoir 2$ pour un chariot.
    Gema nous avait réservé un taxi pour notre arrivée (35$ pour aller au centre de Quito), il fonctionne avec l’hôtel Mediterraneo.

  • Bus:


    • De Cuenca au Par National El Cajas : 2$/pers, à 8h15 au terminal. Idem au retour.

    • Frontière La Balsa :
      Vilcabamba – Zumba, départ 6h du mat’, 5h de route, 10$/pers avec vélo.
      Zumba – La Balsa, départ 12h, 2h de route, 2.5$/pers avec vélo.

Equipement

  • Marchand de cycles:

    Bon nombre de boutiques, bien fournies.
    Exemple : Tecno Cycles à Cuenca, qui nous a déniché un moyeu XT.

Quelques chiffres

  • Temps passé:

    35 jours, dont 12 de repos

  • Sur la route:

    1093 km
    19139 m de dénivelé
    Soit 17.51 m/km de dénivelé

  • Nuités:

    Hôtel : 14
    Bivouac : 11
    Invitation : 1
    Warmshower : 2
    Bomberos : 5
    Presbytère : 1

  • Entretien:


    • 2 paires de patins pour Lolo

    • Moyeu arrière Coco défectueux au bout de 975km !

    • 1 rayon roue avant cassé pour Lolo

    • 1 paire de plaquette de frein pour Coco (elle n’était pas neuve au départ)